Selon un rapport de l'ADEME publié en septembre 2007, le gisement d'effacement électrique en France par modulation de process (pour des effacements électriques de courte durée) est compris entre 6,5 et 9,5 GW (la consommation électrique moyenne en France est de l'ordre de 60 GW).

Le secteur tertiaire représente 30% de ce gisement, dont 40% est constiué d'usages thermiques (froid, chauffage, climatisation).

Les rémunérations accessibles pour l'effacement sont estimées entre 30€/kW/an à 60€/kW/an.

L'existence d'une pointe de consommation hivernale et la croissance des énergies renouvelables dont la production varie dans le temps permettent d'anticiper un besoin accru de flexibilité et le développement d'outils de gestion de la demande tel que l'effacement. RTE estime que le gisement valorisé actuel est de l'ordre de 3 GW et a pour objectif d'atteindre 6 GW d'ici 2023. 

Les principales barrières au developpement sont aujourd'hui organisationelles ou culturelles (réticences de modification des outils de production, manque de connaissance du sujet), les barrières technologiques et réglementaires étant faibles. Les barrières sont également économiques, le niveau de rémunération étant encore faible au regard des contraintes organisationelles de mise en oeuvre.